Chaque communiqué de presse est compressé dans une archive au format .zip, elle contient le communiqué de presse, les images en haute définition, ainsi que les crédits.

événements

On va en parler…

Fine Arts Paris maintient son édition 2020

Online

Du 24 au 29 novembre 2020

Fine Arts Paris

Une huile de Gauguin, un dessin inédit de Vigée-Lebrun, une sculpture de Germaine Richier, la plateforme FINE ARTS PARIS ONLINE dévoile des œuvres majeures du 24 au 29 novembre 2020.

Cinquante-cinq exposants dont dix-huit galeries étrangères montreront jusqu’à dix œuvres chacune, précédemment approuvées par les experts du vetting.

En avant-première quelques-uns de ces trésors à découvrir dans le dossier de presse.

 

Fine Arts Paris

Online

November 24-29, 2020

An oil painting by Gauguin, a previously unseen drawing by Élisabeth Vigée-Lebrun and a sculpture by Germaine Richier are just a few of the major works to be found on the FINE ARTS PARIS ONLINE platform from 24 to 29 November 2020.

Fifty-five exhibitors, including 18 foreign galleries, will show up to 10 works each, all of them previously vetted by experts.

A preview of a few of these treasures in the press release.

Télécharger les visuels et le communiqué de presse / Download the press kit and the HR images (300 Mo)

Découverte d’un bas-relief en ivoire du début du premier quart du XVIIe siècle attribué à Léonhard Kern

IVOIRE Saint Etienne

Vente aux enchères 3 décembre 2020

Bas-relief en ivoire sculpté et découpé représentant la Déploration du Christ

Ce bas-relief en ivoire attribué au sculpteur Léonhard Kern, exécuté vers 1615-1620, a été découvert lors d’un inventaire par Agnès Carlier d’IVOIRE SAINT ETIENNE. 

Ses propriétaires ignoraient que cette Déploration du Christ, finement sculptée et découpée, avait été déclinée en albâtre ou en ivoire, par Léonhard Kern, le plus célèbre d’une talentueuse famille de sculpteurs. 

« L’artiste qui travaillait essentiellement l’ivoire, l’albâtre et le buis, est très recherché par les collectionneurs depuis une quinzaine d’années » commente Laurence Fligny qui a expertisé l’objet.

Une attribution que confirme la comparaison de cette Déploration jusqu’ici inédite avec les deux autres variantes du même sujet conservées au Kunsthistorisches Museum de Vienne (à découvrir dans le dossier de presse ci-joint). On y retrouve les mêmes personnages dont les silhouettes se détachent sur le fond, Marie Madeleine, mise en avant dans la scène, ainsi que le sont souvent les femmes dans les compositions de l’artiste. L’historienne de l’art, Elisabeth Grünenwald, spécialiste du sculpteur, place ces bas-reliefs, assez tôt dans la carrière de Léonhard, vers les années 1615-1620. Cette Déploration est une découverte qui vient illustrer une nouvelle fois l’originalité que ce grand artiste met dans ses mises en scène ainsi que son talent pour en traduire l’expression dramatique. Ce bas-relief inédit devrait largement dépasser son estimation de 8 000 / 10 000 €.

Télécharger le visuel et le communiqué de presse (4 Mo)

Ecole flamande vers 1550,
entourage de Joachim Patinir 

IVOIRE Angers

Vente aux enchères 10 décembre 2020

ECOLE FLAMANDE vers 1550, entourage de Joachim Patinir - La prédication de saint Jean-Baptiste

Ce tableau de l’Ecole Flamande vers 1550 est d’une telle qualité que le cabinet Turquin, expert en peinture ancienne, l’a attribué à l’entourage de Joachim Patinir, grand nom de la peinture flamande du XVIe siècle. « La richesse du paysage, la profondeur de la perspective, la délicatesse des bleus, la manière de représenter les rochers, un peu en forme de coquilles d’huîtres, démontrent que l’artiste a été en contact avec Patinir » explique Stéphane Pinta du Cabinet Turquin. Il sera vendu aux enchères chez IVOIRE ANGERS le 10 décembre prochain (vente à huis clos et en live).

Joachim Patinir est nom magique. Célébré en 2007 au Prado, il est considéré comme l’un des premiers peintres de paysages en Flandres, utilisant la perspective pour créer de lointains infinis. Ses paysages amènent à la contemplation et racontent le cheminement de l’âme dans une nature aux rochers souvent hostiles. 

Dans notre tableau, Saint Jean Baptiste est vu de dos, faisant corps avec l’arbre verdoyant et dominant une vue panoramique, à laquelle l’artiste donne une grande profondeur. Au second plan, au bord du fleuve, il est représenté baptisant Jésus. Devant la porte de la cité, autre passage symbolique, on assiste au martyre de Jean-Baptiste qui fut décapité et dont les ossements furent brûlés, afin de mettre fin à sa popularité, un épisode qui est à l’origine de nos feux de la Saint-Jean.

Autant de scènes issues de l’histoire chrétienne, délicatement réalisées, qui plongent le spectateur dans un voyage spirituel fantastique. Ce tableau de petit format et d’une grande force, devrait largement dépasser son estimation de 60 000 / 80 000 €.

Dossier de presse détaillé ci-joint et image sur demande.

Un grand tableau de van den EECKHOUT,
élève de REMBRANDT, découvert dans un château du Poitou

IVOIRE Nantes

Vente aux enchères 26 janvier 2021

Gerbrand van den EECKHOUT (Amsterdam, 1621 - 1674) Pharaon rend à Abraham son épouse Sara (Gen.12,18-20)

Découverte dans un château du Poitou par Bertrand Couton d’IVOIRE NANTES, cette grande huile sur toile (139x174 cm) est datée 1669 et signée Gerbrand van den Eeckhout, un artiste hollandais appartenant à la seconde génération des élèves de Rembrandt, entrés dans l’atelier à la fin des années 1630. Elle sera vendue aux enchères le 26 janvier 2021 à partir d’une estimation de 60 000 / 80 000 €.

« Ce tableau formidable est l’un des plus grands tableaux que l’on connaisse de l’artiste. Il possède tous les éléments constitutifs d’une œuvre de Rembrandt : la manière de situer les personnages, l’importance de l’architecture, le traitement de la lumière, l’opulence des matières, et le côté oriental des figures narratives et Bibliques qui montre qu’il a assimilé la leçon du maître » explique Stéphane Pinta du Cabinet Turquin.

A lire dans le dossier de presse ci-joint (7 Mo)

Femme ou rien - 15 œuvres de Marjane Satrapi

Galerie Françoise Livinec

du 9 octobre au 28 novembre 2020

MARJANE SATRAPI - Annonciation 2020, acrylique sur toile 120x100cm

Marjane Satrapi bédéiste primée, cinéaste oscarisée, a toujours peint depuis l’enfance.

Par modestie, par souci d’exigence, elle n’a exposé ses premiers tableaux qu’en 2013 à la galerie Jérôme de Noirmont.

Aujourd’hui Marjane Satrapi peintre nous livre 15 œuvres sidérantes et revigorantes dans une exposition « Femme ou Rien » qui aura lieu à la galerie Françoise Livinec, du 9 octobre au 28 novembre prochain (24, rue de Penthièvre 75008 Paris).

Après sept ans d’absence sur le marché de l’art, elle élabore une nouvelle série de femmes qui échappent au conformisme, prennent leur destin en main. Sept années pour travailler ses croquis, ses compositions, ses couleurs. Ses peintures ont gagné en assurance et en maîtrise.

Télécharger les visuels et le communiqué de presse (110 Mo)

Zóbel-Chillida : Chemins Croisés

Galerie Mayoral

12 septembre 2020 au 9 janvier 2021

Fernando Zobel Pendulo veneciano 1965

La galerie Mayoral, installée à Barcelone depuis 30 ans et référence dans l’art espagnol du XXe siècle, a ouvert en novembre 2019 un espace à Paris au 36, avenue Matignon.

Du 12 septembre prochain au 9 janvier 2021, la galerie Mayoral présentera l’exposition Zóbel-Chillida : Chemins Croisés un dialogue entre ces deux artistes clefs de l’après-guerre : le sculpteur basque Eduardo Chillida (1924-2002) et le peintre hispano-philippin Fernando Zóbel (1924-1984), révélant les liens créatifs et l’admiration mutuelle entre ces deux artistes.

Le commissaire d’exposition est Alfonso de la Torre, historien d’art, spécialiste de l’art abstrait de l’après-guerre espagnol.

L’exposition ouvrira le dimanche 13 septembre pour Un dimanche à la galerie puis à l’occasion de Nocturne Rive Droite, le 16 septembre.

Télécharger les visuels et le communiqué de presse (96 Mo)

Le nouveau paquebot France

 

France

Didier Spade poursuit plus que jamais son projet de construction d’un nouveau paquebot France.

À voir absolument un reportage intéressant sur la croisière diffusé dans le journal de 20h du 22 décembre 2016 sur France 2, et qui évoque notre nouveau paquebot FRANCE.

« Ce FRANCE du 21e siècle sera la vitrine à la fois du savoir-faire et de l’art de vivre français »
Didier Spade

 

 

 

 

 

^